air shows
air shows
customers
Sky-Lens sur Twitter
Europe |  UK/Commonwealth/USA |  Asia |  Museums |  Goodies |  Publications |  Links |  About Sky-Lens |  Contact

UK/Commonwealth/USA:

400 ans du Québec : le meeting événement 07/03/2008

 

 

 

400 ans à la brunante...

 

 

 

 

En arrivant de Montréal sur le tarmac de l'aéroport Jean Lesage de la ville de Québec, à bord d'un DHC Dash 8 de Jazz Airlines - filiale d'Air Canada pour ses vols intérieurs , le 12 juin 2008, je n'avais qu'une vague idée du spectacle auquel je pouvais m'attendre. Il ne faisait aucun doute que la première réunion dans l'histoire des meetings aériens, des Thunderbirds, des Blue Angels, et des Red Arrows - reçus par les Snowbirds du Canada - , justifiait cette traversée de l'Atlantique en direction du Nouveau Monde, fondé par les français il y a 400 ans. Pour un spécialiste des meetings européens, il s'agissait aussi d'un nouveau monde sur le plan aéronautique, car dans les 24 heures à venir, j'allais très vite me rendre compte que les canadiens ont un sens du spectacle pur et véritable, et adoptent des concepts assez différents de ce à quoi la belle Europe nous a habitué pour animer nos ciels d'été.
Mais très vite, 24 heures plus tard, la photo officielle des personnels des quatre patrouilles, tous réunis, fut organisée en fin d'après-midi, le 13 juin 2008 (voir le reportage dans la rubrique Airshows : "THE historical event") , avant un premier spectacle de nuit débutant à 19-30, simple prélude au deux jours de ce weekend de festivités en vol.

 

 

  

 

 

Les médias québecois avaient annoncé depuis huit mois cette fameuse " Prestation aérienne à la brunante " qui m'a étonné ..., car rien de similaire n'existe en Europe. Il est amusant de penser qu'en France, en Suisse, ou en Belgique, nous aurions plutôt annoncé un " meeting aérien au coucher du soleil " ; rendons hommage à la diversité de la langue française à travers le monde ! Notons au passage, que le terme " meeting " est un mot de langue anglaise qui pourtant, n'est nullement employé par les anglophones pour parler d'un spectacle d'aviation. Chez les anglais, on parle d' "airshows" .


Le spectacle était inauguré par l'équipe accrobatique des parachutistes des forces canadiennes : les Skyhawks. Lâchés par un Casa 212 civil, les trois premiers solistes sont descendus devant le public en présentant les drapeaux des trois nations participant à ce meeting. Les suivants ont présentés des figures d'une dextérité inégalée par les autres équipes de présentation militaires existantes au monde.
Un point qui nous a touché de la part de nos amis du Québec était le pardon qu'ils témoignaient à l'égard de nos amis de la Patrouille de France (PAF) , avec une larme à l'oeil tout de même..., car ils savaient que nos petits gars ont été empêchés d'honorer leur participation, promise depuis deux ans déjà..., par la France pour ce grand jour. Ce ne fut que pour des raisons administratives très franco-françaises... et qui soulèvent tellement mon agacement que je préfèrerais les évoquer à l'occasion d'une autre tribune... Je voudrais simplement rappeler aux français qu'il existe peu de choses dont ils ont encore de quoi être fiers, en-dehors du vin....., et qu'il ne faudrait tout de même pas les gâcher. Mais pourtant si il existe un " airshow " en Amérique du Nord ou ailleurs.., où la PAF aurait dû se rendre, c'est bien celui-ci, car c'est le prestige de l'aéronautique française et la diffusion de son expertise en accrobatie qui étaient en question. Et cette annulation de la PAF sera d'autant plus difficile à rattraper par l'Armée de l'Air dans le futur - auprès de nos amis canadiens - que le seul essentiel d'une telle visite aurait été de rappeler le rôle historique de la France dans la création du Québec. Et le drapeau français fut donc le grand absent de ce lâcher des Skyhawks.

 

 

 

 

 

 

 

D'évidence, les Red Arrows britanniques, toujours dans les meilleurs "coups " en meetings internationaux , étaient bien au rendez-vous. Ils ont donc inauguré ces trois jours de fête, en étant les seuls des quatre patrouilles participantes à Québec 2008, à se produire " à la brunante ", en cette soirée du 13 juin. Et quelle ne fut pas l'ovation de ce public canadien, en majorité francophone (sic)..., aux avions de Sa Majesté ! Merci à vous, Messieurs les anglais, car il m'est apparu qu'à Québec comme ailleurs, vos Red Arrows demeurent, de mon point de vue, la patrouille accrobatique la plus accomplie sur avions d'entrainnement dans le monde. Les Red Arrows étaient applaudis au sol par les membres des Blue Angels et des Thunderbirds qui n'allaient voler que les 14 et 15 juin.., et on se dit alors, que la PAF a bel et bien manqué l' occasion, elle aussi, de convaincre les américains de la qualité de nos pilotes. Les panaches de fumée des " Reds ", sur fond de soleil couchant, dessinaient une succession de tableaux d'évolutions aériennes aux couleurs chaudes. L'occasion était trop belle pour ne pas tester la qualité des images en fichiers RAW prises par le petit dernier de Nikon : le D300. Ainsi jusquà 800 ISO de sensibilité, et en affectant au boitier des paramétrages de réduction de bruit moyenne, les fichiers obtenus sont d'une finesse inespérée, et parfaitement exposés au coucher du soleil.

 

  

 

 

 

La suite de ce spectacle " à la brunante " en a étonné plus d'un. Les fous volants tels Skip Stewart et Gene Soucy aux commandes de biplans évoluent au raz de la piste, croisant de temps à autre le camion propulsé par les réacteurs de Les Schockley, qui ouvre la PC, pour déployer enfin, en bout de piste, un parachute de freinage. Si tout cela n'a plus grand chose à voir avec le professionalisme des pilotes de patrouilles, auquel nous sommes bien plus habitués en Europe, cette prestation de cirque demeure hilarante. C'est l'occasion de prendre quelques rafales de photos sur D 300 en position CH, avec booster. Mais à cet instant, il fait déjà nuit et le boitier poussé à 3200 ISO ne parvient plus à enregistrer de fichiers exploitables en raison de bruit numérique inacceptable (pour un professionnel) obtenu sur les photos. Pour que chacun puisse profiter de ces instants de clowns, qui a tout de même coûté la vie au pilote Jim Le Roy en 2007..., je suis revenu les deux jours suivant sur l'aéroport, non seulement pour photographier les magnifiques prestations des Blue Angels et des Thunderbirds (voir mes Daily Reports en rubrique " News ")..., mais aussi pour obtenir des fichiers exploitables à 400 ISO, par lumière du jour, de ces dingues de la lampe à souder roulante, et de ces pilotes boostés à la vache enragée mais qui volent tout de même avec une maîtrise étonnante... Les détonations de TNT qui dressaient le décors, étaient réalisées par l'équipe de Rich Gibson, qui s'est lancé dans l'activité dès l'âge de huit ans, an faisant exploser un mélange de produits qu'il avait préparé dans la pharmacie de sa mère... Tout cela nous laisse rêveurs sur les possibilités de réussir en " business " pour un américain, lorsqu'on se dit se que dans la plupart des pays d'Europe un tel spectacle serait interdit au nom du " principe de précaution ".

 

 

 

 

 

Le décors des couleurs chaudes et des flammes était planté, et la fête de nuit fut réussie. C'est la Fondation Maurice Tanguay qui a reccueilli les fonds réunis auprès des spectateurs venus assister au trois jours de spectacle sur l'aéroport Jean Lesage. Ces bénéfices aideront les familles éprouvées par la maladie ou le handicap de leurs enfants. N'existe-t-il pas meilleur message pour qualifier un spectacle aussi réussi, que la devise de cette fondation : " L'homme avait un rêve qu'il voulait partager : des yeux à éclairer ".

Québec 2008 fut aussi l'occasion unique pour les équipages et personnels de maintenance des patrouilles les plus prestigieuses de l'OTAN, jadis un peu rivales entre elles..., de fraterniser et d'échanger leurs expériences et quelques éléments de techniques du vol en formation accrobatique. Ce spectacle fut donc aussi bénéfique pour les échanges entre pilotes professionnels, que pour les quelques 200.000 spectateurs qui - sur trois jours - sont restés la bouche entrouverte et les yeux levés en l'air, avec des regards d'enfants.

 

" L'homme avait un rêve qu'il voulait partager : des yeux à éclairer ". (Fondation Tanguay).

 

Back to UK/Commonwealth/USA

© Sky-Lens'Aviation' - François Brévot - All rights reserved - Une création alnath.net